New rules for importing early books and manuscripts into the EU – it will not be fun.

In my earlier post about the proposed EU import regulations I left out a detailed description of the ordeal you will have to go through when importing cultural goods. For most of the dealers I have heard from this is their primary concern. And with good reason.   Although the details have not yet been spelled out completely, from what what I have read so far it seems possible that, for some at least, tranquilisers may be required.

After having now read the documentation several times this is what I understand:

For imports requiring an import licence (this would be incunabula and “rare manuscripts” over 250 years old) the “holder of the goods” must apply for an import licence from a “competent authority.” The “holder of the goods” is defined as the “person who is the owner of the goods or who has a similar “right of disposal” over them or who has physical control of them.” The competent authority, though not defined, will generally be a customs office  that has special competence and training in the evaluation of cultural goods.  These do not yet exist.

In simple cases  this licence application is submitted to the competent customs office along with documentation proving that the goods were exported legally. The competent authority then has 30 days to examine the application and request any additional information or documentation it may feel it needs. Once the application is considered complete the competent authority has an additional 90 days to accept or reject it. When the application is accepted an import licence is issued. The goods may not be imported until the export licence is presented. Since provisions are made for the seizure of goods which enter the EU without a required licence, I assume that the items should not leave the export country until after the export licence has been issued.

Incunable leaf from Gart Der Gesundheit, Mainz 1485. Saw this yesterday at a London book fair for sale for £90. Next year it could require an EU import license to bring it back to Mainz. (Photo courtesy of John Underwood Antiquarian Books)

The application must be made by a “holder of goods,” which means either ownership or physical possession. So if you are an EU resident and want to buy an incunable or early manuscript from an American seller you will first have to pay for your book, leave it in the US, apply for a licence and wait for the licence to be issued. Only then do you have the item shipped. It will have to be received by the right kind of customs office and examined there to make sure that the goods received correspond with the item described in the license. Only then will you be allowed to have your book.

I should note that Article 7 refers to restricting the number of customs offices that will be competent to release cultural goods. This suggests unavoidable difficulties if you happen to live someplace that is far from the right kind of customs office. If you are like me it is unlikely  you will be comfortable having a valuable incunable or manuscript sent to a distant customs office to be examined and then sent back to you in the post. It is not mentioned at whose expense and risk such a shipment would be made.

The situation is only a bit simpler for books (or prints) that are not incunables. These are a separate category which require a self-generated importer statement instead of an import licence. But the problems are similar. The statement also needs to be presented to a “competent” customs office which will physically examine the book to determine that it corresponds with the statement you provided. It may also decide to conduct an “expertise,” which would presumably involve some additional delay. It is, again,  unclear what the regulations anticipate happening in the situation where you live some distance from the right kind of customs office. Does the book get sent directly to customs and held there until your statement is received and your book examined? After that do you need to go to the customs office personally to recover your property, or will it be sent to you in the post?

None of these problems are meaningfully addressed in any of the documents I have read, which leads me to suspect that the people behind it all have yet to figure out a tolerable solution to them.  I know I certainly haven’t.

Or is it possible that the regulations just assume that these steps will all be handled by customs brokers, and they just forgot to mention it? If that is the case, then the situation may be even worse than we imagine.

More thoughts on the new EU import regulations

I am still amazed by the audacity of the proposed EU import rules. Does anyone know of a comparable situation where administrative officials in one country are authorised to seize property on the basis of their understanding of the laws of another country?

Or over 100 countries?

With dozens of different languages?

Over several centuries?

New EU Anti-Terror Import Regulations Will Target Bibliophiles

If proposed new European Union regulations are approved, European book collectors and dealers may be in for an annoying surprise when they make their first imported purchases in 2019. Starting next year they may become subject to new import regulations that will significantly complicate the process of buying old books, prints and manuscripts from sources outside the EU.  The  purpose of the changes is to combat the looting and smuggling of antiquities and prevent the financing of terrorism through the illicit trade in cultural goods.  While the need for the new regulations is presented almost entirely in relation to the war on terror, the sweeping new rules themselves will be applied comprehensively and include no provisions for exempting goods from areas which are free from armed conflict or terrorist activities.

The new regulations apply to a broad range of cultural goods, but none will be impacted more adversely than books.  The new procedures are as follows:

If a book, engraving, print, document or publication of “special interest” that is more than 250 years old is presented for import in any EU member state the owner or “holder of the goods” will be required to submit a signed importer statement to customs authorities in the country of entry. The statement must include a declaration that the books have been originally exported legally from their source country. However, in cases where the export country (distinct from the source country) is a “Contracting Party to the UNESCO Convention on Cultural Property” then the holder of the books must  provide a declaration that they have been exported from that export country in accordance with its laws and regulations. Needless to say, while the proposal specifies books and documents of “special interest” it does not give any more explicit criteria for defining what this means and the notion of “special interest,” on its own, is sufficiently vague and subjective to include, in practice, virtually any book that someone might want to import.

More strenuous requirements apply to incunabula and manuscripts that are more than 250 years old. In this case an import license must be applied for and documentation must be supplied to substantiate that the cultural goods in question have been exported from the source country in accordance with its laws and regulations.  When the goods in question are being exported from someplace other than the source country, and the exporting country is a signatory of the UNESCO convention, then the application needs to be accompanied by documents and information substantiating that the cultural goods have been exported legally.  The application must be presented to a “competent authority” (presumably a customs office) which will have 90 days to examine the application and accept or reject it.  The application can be rejected if the applicant is not able to demonstrate that the goods were exported from the source country “in accordance with its laws and regulations.” In the case where the goods are being exported from a country that is a UNESCO Convention signatory, then the application may be rejected if the goods were not exported in accordance with that country’s laws and regulations.  It is tedious to spell them all out, but those are the new rules and we may all need to understand them  very soon.

The regulations are broad in scope and apply to numerous categories of cultural goods besides books, prints and manuscripts. There are exemptions for items less than 250 years old and special provisions for transit and temporary exhibition. Items from all source countries are included and imports from all non-EU countries must be cleared.  There are no value thresholds similar to those generally applied to the export of cultural objects, such as found in  EU Regulation 116/2009.  No distinction is made between commercial and personal property.  There is nothing to indicate that EU citizens may bring their own personal goods into the EU from outside of it without going through the import procedures.  Thus, there is nothing to assure an EU resident who leaves the Union with personal cultural goods in January that he will will be able to return with those goods in February without being subject to import regulations.

All of which might be made to seem like just another of those common annoyances that have become part of post 9/11 life if there was some prospect that it might actual help in the fight against terrorism.  But I doubt that will happen, at least as far as books and manuscripts are concerned.  I don’t doubt that the part of the regulations that target archaeological artefacts, sculptures and artwork could have some impact in reducing the lucrative illicit demand for these objects, for which there is a significant European market.  But books, prints and manuscripts are an altogether different story. The books that have been looted or ransacked by terrorists from libraries in the Middle East were generally of a religious nature and written in Semitic languages, such as Arabic and Aramaic.  The primary market for these books is from Islamic and Middle Eastern buyers who can read the texts and have a cultural connection to them.  If these books are being looted in order to sell them then this is the market that encourages their theft. Obstructing export channels to legitimate european buyers will do nothing to reduce the illicit market that will continue to thrive elsewhere.  The overwhelmingly Western books that will enter the EU subject to these new rules will be irrelevant to the illicit market that finances terrorism.

With respect to books, the controls which have been defined depend on the ability of owners/importers (“holders of goods’) to prove or declare that the imported goods were legally exported from the country in which they were created.  This requirement will be particularly problematic for book and print sellers. Free trade in books has existed since before the invention of printing and the legal undocumented exportation of books has historically been standard practice in all but exceptional cases. Early export documents for books do not exist.  Thus, an individual who seeks to import a pre-1768 book into the EU will either be required to make a signed declaration about facts he is unable to know, or, in the case of incunables, to provide supporting documentation and information it would be impossible to have. Books are inherently portable and created with the anticipation that they will be widely distributed to various parts of the world.  The circumstances under which an individual 18th century book may have been exported from the country it was printed in is almost certain to be unknown. One may assume that its first exportation was legal, but the possibility of smuggling or theft can almost never be absolutely ruled out.  In nearly all cases, a signed declaration affirming that such a book was exported from its source country “in accordance with its laws and regulations” could only be made fraudulently.  

Another remarkable omission is the lack of any exception for the situation where the source country is the same as the country into which the book is being imported. Thus, a German collector wanting to purchase a German incunable from an American bookseller would be required to obtain an import licence and produce “supporting documents and information substantiating” that the incunable had been exported in accordance with German laws and regulations. Even if it is only a €50 topographical print of Munich, the buyer will be required to submit an importer statement with a description of the item and a signed declaration regarding the legality of its initial export from Germany.

Of even greater concern is the fact that the powers created for this new import authority are not just limited to the simple denial of the right to import. Although the implementation details for this are not spelled out in the actual regulation as proposed, the press release issued by the European Commission states clearly that “Customs authorities will also have the power to seize and retain goods [their emphasis] when it cannot be demonstrated that the cultural goods in question have been legally exported.” Thus, seizure will be authorised not just when illegality can be proven, but also when the absence of illegality cannot be proven. I do not think I need to spell out the implications of this newly granted authority.

The sweeping scope of the categories of goods targeted by these regulations is also puzzling, if not disturbing.  They force me to wonder whether the legitimate goal of fighting terrorism hasn’t now been inflated into a general challenge to the entire marketplace for cultural goods of all types. Apart from books and manuscripts, the list of protected categories includes:

  • “sound, photographic and cinematographic archives”,
  • “postage, revenue and similar stamps,”  
  • “original artistic assemblages and montages in any material,”
  • “specimens of fauna, flora, minerals and anatomy.”
  • “objects of ethnological interest,”
  • “objects relating to history, including the history of science and technology and military and social history, to the life of national leaders, thinkers, scientists and artists and to events of national importance,”

Fortunately, for now at least, items less than 250 years old, regardless of category, are exempt. Given that threshold, one has to wonder why the first two categories above have been included at all.  Indeed, given the repeated anti-terrorist justifications for these regulations, one wonders why it was found necessary to include any of the categories listed above. It is hard to dismiss the suspicion that the fight against terrorism, which enjoys broad popular support, is here nothing more than a pretext for the EU to put in place a system of import controls for all cultural goods, regardless of threat, price or origin. Once that framework is securely in place we should not be surprised to see the 250 year thresholds periodically reduced, if not eliminated altogether.  

The 24 page Explanatory Memorandum issued by the European Commission expresses little or no concern for the burdensome impact these regulations will place on the rights of its citizens to purchase and receive cultural goods, such as books and manuscripts, from sources outside the EU. The proposal skips lightly over the extent to which these rules will impede legitimate trade, and ignores entirely the obstacles they will place in the way of individuals who, for example, build rare book collections or engage in historical research.  To my mind at least, these are important activities that support the cultural interests of everyone and should be protected rather than challenged. Surprisingly then, the Memorandum reveals no effort to measure these activities or evaluate how they will be affected by the rules that are to be imposed.  Admittedly, the market for old books is complicated and widely dispersed.  No accurate statistics about its size have been published.  The question of how many books and manuscripts in the open marketplace will be subject to the proposed regulations is ignored.  Although exact numbers are not available, an examination of viaLibri search records tells me that the number of pre-1768 books, manuscripts and prints for sale on the internet must exceed 400,000 items, and is probably even higher than that. It is impossible to know how many of these are sold each year, but I would not be surprised if the number fell safely into six figures. And they would not all be very expensive, as a few test searches on viaLibri would show.  The majority appear to be under $300, and there are even a few that are priced at less than the cost of shipping them internationally.  

The memorandum reports that, during a 3 month assessment process begun  in October 2016, 305 “contributions” were received from “stakeholders,” including “citizens, enterprises, professional associations and interests representatives, NGOs and civil society, [and] public authorities.” It is unclear, however, how many individual contributors are included in that number and who those contributors were.  The International League of Antiquarian Booksellers, we know, was not among them.  Thus, the single largest, oldest and most important professional association in the field of early books and manuscripts was not involved in the assessment process . An omission as serious as that cannot give anyone much confidence in the product of those deliberations.  Fortunately, these regulations have not yet been voted into law and there is still time to save ourselves from them. The ILAB has now sent a letter of concern to the individual members of the European Parliament who appear to have authority on this proposed legislation. These are:

– Daniel Dalton (UK)

– Alessia Maria MOSCA (IT)

– Santiago FISAS AYXELÀ (ES)


If you also have concerns about this legislation you may want to write to them yourself. I know I intend to.

[version française]

More on this subject:

Les Nouvelles Réglementations à l’importation de l’UE pour contrer le terrorisme vont viser les bibliophiles

(I want to thank Nevine and Philippe Marchiset
for this French version of our recent blog post regarding proposed EU import regulations.)

Si une nouvelle proposition de Règlement du 13 juillet 2017 était approuvée, les collectionneurs et libraires européens pourraient avoir une fâcheuse surprise lorsqu’ils effectueront leurs premiers achats à l’importation en 2019. À partir de l’année prochaine, ils pourront être soumis à de nouvelles règles d’importation qui compliqueront considérablement le processus d’achat de livres anciens, de gravures et de manuscrits provenant de sources extérieures à l’UE. Le but de ces règles serait de lutter contre le pillage et la contrebande d’objets de fouilles et d’empêcher le financement du terrorisme par le commerce illicite de biens culturels. Bien que cette proposition soit presque entièrement présentée comme étant liée au combat contre le terrorisme, les nouvelles règles seront appliquées de manière globale et ne comprendront aucune disposition prévoyant l’exemption des biens des zones libres de conflit armé ou d’activités terroristes. 

Les nouvelles règles doivent s’appliquer à un grand éventail de biens culturels, mais aucun ne sera autant impacté que les livres. Deux types de procédures existent dans la proposition :

  • Si un livre, une gravure ou une estampe d’un « intérêt spécial » de plus de 250 ans est présenté à l’importation dans n’importe quel État membre de l’UE, le propriétaire ou le « détenteur des biens » devra présenter une déclaration d’importation signée aux autorités douanières du pays d’entrée. La déclaration devra inclure une déclaration que les livres ont initialement été légalement exportés de leur pays source. Toutefois, dans les cas où le pays d’exportation (distinct du pays source) est une « Partie contractante de la Convention de l’UNESCO » sur les biens culturels, le détenteur devra fournir une déclaration attestant que les livres ont été exportés de ce pays, conformément à la législation et à la réglementation de ce dernier. Bien que la proposition de règlement mentionne les livres et documents d’un « intérêt spécial », elle n’en  fournit aucun critère de définition, et la notion d’ « intérêt spécial » est suffisamment vague et subjective pour pouvoir inclure, en pratique, n’importe quel livre importé.
  • Des exigences plus sévères s’appliquent aux incunables et aux manuscrits de plus de 250 ans. Dans ce cas, une licence d’importation doit être demandée et une documentation doit être fournie pour prouver que les biens culturels en question ont été exportés du pays source conformément à ses lois et règlements. Lorsque les marchandises en question sont exportées d’un pays autre que le pays d’origine et que le pays exportateur est signataire de la convention de l’UNESCO, alors la demande doit être accompagnée de documents et d’informations attestant que les biens culturels ont été exportés légalement conformément à la législation et à la réglementation de ce dernier. La demande doit être présentée à une «autorité compétente» (vraisemblablement un bureau de douane) qui disposera de 90 jours pour examiner la demande et l’accepter ou la rejeter. La demande pourra être rejetée si le demandeur n’est pas en mesure de démontrer que les marchandises ont été exportées du pays source « conformément à ses lois et règlements ». Dans le cas où les marchandises sont exportées d’un pays signataire de la Convention de l’UNESCO, alors la demande pourra être rejetée si les marchandises n’ont pas été exportées conformément aux lois et règlements du pays d’exportation.

Il est fastidieux de faire l’inventaire de ces règles, mais, pour nouvelles qu’elles soient, les personnes concernées (libraires, bibliophiles, voire même le grand public) devront les assimiler rapidement.

La proposition a une portée large et s’applique à de nombreuses catégories de biens culturels en plus des livres, des estampes et des manuscrits. Il existe de minces exemptions pour les biens de moins de 250 ans, de même que des dispositions spéciales pour le transit et l’exposition temporaire. Les marchandises de tous les pays source sont inclues et les importations en provenance de tous les pays non membres de l’UE devront passer par ce processus. Il n’y a pas de seuils de valeur similaires à ceux généralement appliqués à l’exportation d’objets culturels (cf. Règlement de l’UE 116/2009). Aucune distinction n’est faite entre les biens commerciaux et personnels. Rien n’indique que les citoyens de l’UE puissent importer leurs biens personnels dans l’UE sans passer par les procédures d’importation décrites. Ainsi, rien n’indique que le citoyen européen qui quittera l’Union en janvier avec des biens culturels personnels pourra revenir avec ces biens en février sans être soumis à la procédure d’importation.

Tout cela pourrait s’apparenter à un énième tracas parmi ceux qui ont vu le jour dans la foulée du 11 septembre, si seulement ce texte disposait d’une quelconque utilité dans la lutte contre le terrorisme. Il est douteux que cela se produise, du moins en ce qui concerne les livres et les manuscrits. Peut-être que les aspects réglementaires visant les objets archéologiques, les sculptures et les œuvres d’art antiques pourraient avoir un impact sur la diminution de la demande illicite et lucrative de ces objets, pour lesquels il existe un marché européen important. Toutefois, les livres, les gravures et les manuscrits sont tout à fait différents. Les livres qui ont été pillés ou saccagés par les terroristes des bibliothèques du Moyen-Orient étaient généralement de nature religieuse et écrits dans des langues sémitiques, telles que l’arabe et l’araméen. Le principal marché pour ces livres se trouve auprès d’acheteurs musulmans ou orientaux  qui peuvent lire les textes et avoir un lien culturel avec eux. Si ces livres sont pillés afin de les vendre, alors c’est ce marché qui encourage leur vol. La fermeture des canaux d’exportation aux acheteurs légitimes de l’UE n’aura aucun impact sur ce marché illicite qui continuera de prospérer ailleurs. La très grande majorité des livres occidentaux soumis à ces nouvelles règles qui entreront dans l’UE n’aura pas de lien avec le marché illicite qui finance le terrorisme.

  En ce qui concerne les livres, les contrôles qui ont été définis dépendent de la capacité des propriétaires/importateurs («détenteurs de biens») de prouver ou de déclarer que les marchandises importées ont été légalement exportées du pays dans lequel elles ont été créées. Cette exigence sera particulièrement problématique pour les marchands de livres et de gravures. Le libre-échange de livres existe préalablement à l’invention de l’imprimerie et l’exportation légale de livres sans documents administratifs a toujours été une pratique courante, sauf dans des cas exceptionnels. Les documents anciens d’exportation de livres n’existent pas. Ainsi, une personne qui cherche à importer un livre antérieur à 1768 dans l’UE sera soit obligée de faire une déclaration signée sur des faits qu’elle est incapable de connaître, soit, dans le cas des incunables, de fournir des documents et des informations à l’appui qu’il lui sera impossible d’obtenir. Les livres sont des objets intrinsèquement portatifs et créés dans l’espoir qu’ils seront largement distribués dans diverses parties du monde. Les circonstances selon lesquelles un livre individuel du XVIIIe siècle a pu être exporté du pays dans lequel il a été imprimé sont presque certainement inconnues. On peut supposer que la première exportation fut légale, mais la possibilité de contrebande ou de vol ne peut jamais être complètement exclue. Dans la plupart des cas, une déclaration signée affirmant qu’un tel livre a été exporté de son pays d’origine “conformément à sa législation et à sa réglementation” ne peut être que frauduleuse.

Une autre omission remarquable est l’absence d’exception lorsque le pays source et le pays d’importation est le même. Ainsi, un collectionneur allemand désireux d’acheter un incunable allemand auprès d’un libraire américain serait tenu d’obtenir une licence d’importation et de produire des « pièces justificatives et des informations attestant » que l’incunable avait été exporté conformément aux lois et règlements allemands. Même s’il ne s’agit que d’une gravure topographique de Munich d’une valeur de 50 €, l’acheteur devra soumettre une déclaration d’importateur avec une description de l’article et une déclaration signée concernant la légalité de son exportation initiale d’Allemagne.

Plus préoccupant encore est le fait que les pouvoirs dont cette nouvelle autorité d’importation sera investie ne se limitent pas au simple déni du droit d’importer. Bien que les modalités de mise en œuvre ne sont pas précisées dans le règlement tel qu’il est proposé, le communiqué de presse de la Commission européenne indique clairement que « les autorités douanières seront également habilitées à saisir et à conserver des biens (le gras est dans le texte) lorsqu’il n’aura pas pu être démontré que les biens culturels en cause ont été exportés légalement ». Ainsi, la saisie sera autorisée non seulement lorsque l’illégalité peut être prouvée, mais aussi lorsque l’absence d’illégalité ne peut pas être prouvée. Je ne pense pas avoir besoin d’énoncer les conséquences de ce nouveau pouvoir.

Le champ d’application étendu des catégories de biens visés par ces règlements est déroutant, voire dérangeant. Je ne peux que me demander si l’objectif légitime de la lutte contre le terrorisme ne s’est pas transformé en un défi général lancé à l’ensemble du marché pour les biens culturels de tous types. En dehors des livres et des manuscrits, la liste des catégories protégées comprend:

  • «  archives, y compris les archives phonographiques, photographiques et cinématographiques»,
  • « timbres-poste, timbres fiscaux et analogues, isolés ou en collection;»
  • « assemblages et montages artistiques originaux, en toutes matières »
  • « Collections et spécimens rares de zoologie, de botanique, de minéralogie et d’anatomie, et objets présentant un intérêt paléontologique»
  • «objets d’intérêt ethnologique »
  • « objets concernant l’histoire, y compris l’histoire des sciences et des techniques, l’histoire militaire et sociale ainsi que la vie des dirigeants, penseurs, scientifiques et artistes nationaux, et les événements d’importance nationale. »

Heureusement, pour l’instant au moins, les marchandises de moins de 250 ans, quelle que soit leur catégorie, sont exemptés. Compte tenu de ce seuil, on peut se demander pourquoi les deux premières catégories ont été incluses. En effet, compte tenu des justifications antiterroristes répétées dans ces règlements, on se demande pourquoi il a été jugé nécessaire d’inclure n’importe laquelle des catégories énumérées ci-dessus. Il est difficile d’éviter de penser que la lutte contre le terrorisme, qui bénéficie d’un large soutien populaire, n’est ici qu’un prétexte pour mettre en place un système de contrôle des importations de tous les biens culturels, indépendamment de la menace, du prix ou de l’origine. Une fois ce cadre bien en place, nous ne devrions pas être surpris de voir les seuils de 250 ans périodiquement réduits, voire éliminés.

Le mémorandum explicatif de 24 pages publié par la Commission européenne exprime peu ou pas d’inquiétude quant à l’impact pesant que ces réglementations auront sur les droits de ses citoyens d’acheter et de recevoir des biens culturels, tels que des livres et des manuscrits, en provenance de l’extérieur de l’UE. La proposition ne tient quasiment pas compte de l’étendue des entraves que ces règles imposeront au commerce légitime et ignore complètement les obstacles qu’elles mettront sur le chemin de particuliers qui tentent, par exemple, de constituer des collections de livres anciens ou se livrent à des recherches historiques. Pour moi tout au moins, ce sont des activités importantes qui soutiennent les intérêts culturels de chacun et devraient être protégées plutôt que défiées. Da manière étonnante donc, le mémorandum ne révèle aucune tentative de mesure de ces activités ou d’évaluation comment elles seront affectées par les règles qui vont être imposées. Certes, le marché des livres anciens est compliqué et largement dispersé. Aucune statistique précise sur sa taille n’a été publiée. La question de savoir quelle quantité de livres et de manuscrits sur le marché libre seront assujettis au règlement proposé est ignorée. Bien que les nombres exacts ne soient pas disponibles, un examen des listes de recherches effectuées sur viaLibri indique que le nombre de livres, manuscrits et gravures antérieurs à 1768 en vente sur Internet doit dépasser les 400 000, avec une quantité sans doute plus élevée. Il est impossible de savoir combien d’entre eux sont vendus chaque année, mais sans doute s’agit-il d’un nombre à six chiffres au moins. Et la majorité d’entre eux ont une valeur inférieure à 300 $;  il en existe même quelques-uns dont le prix de vente est inférieur au coût de leur expédition internationale.

 Le mémorandum prétend que, durant un processus d’évaluation de trois mois ayant commencé en octobre 2016, 305 «contributions» ont été reçues de « parties intéressées », y compris « les citoyens, les entreprises, les associations professionnelles, les représentants de groupes d’intérêts, les ONG, la société civile et les autorités publiques ». Cependant, on ignore combien de contributeurs individuels sont inclus dans ce nombre, ni quelle est leur identité. La Ligue Internationale de la Librairie Ancienne, nous le savons, n’était pas parmi eux. Ainsi, l’association professionnelle la plus importante, la plus ancienne et la plus représentative dans le domaine des livres anciens et des manuscrits n’a pas participé au processus d’évaluation. Une omission aussi grave ne peut donner confiance au résultat de ces délibérations. Heureusement, cette proposition n’a pas encore été adoptée et il est encore temps de s’en préserver. La LILA a depuis envoyé une lettre exprimant ses inquiétudes aux membres individuels du Parlement Européen qui semblent avoir une quelconque autorité sur cette proposition de loi. Il s’agit de :

– Daniel DALTON (UK)

– Alessia Maria MOSCA (IT)

– Santiago FISAS AYXELÀ (ES)


Si ce projet vous inquiète, vous pourrez vouloir leur écrire. Je compte le faire.


Continuation 9/3/2018:

QUELQUES REFLÉXIONS SUPPLÉMENTAIRES sur les nouvelles règles d’importation de l’UE

Je suis encore estomaqué par l’audace dont font preuve les règles d’importation proposées par l’UE. Y a-t-il jamais eu une situation comparable où les fonctionnaires administratifs d’un pays sont autorisés à saisir des biens en raison de la compréhension qu’ils auraient des lois d’un autre pays?

Ou de plus de 100 pays?

Avec des dizaines de langues différentes?

Sur plusieurs siècles?


Continuation 12/3/2018:

Des nouvelles règles pour l’importation des livres anciens et des manuscrits dans l’UE – ce ne sera pas UNE PARTIE DE PLAISIR

Dans mon précédent article sur le règlement d’importation proposés par l’UE, j’ai omis d’ajouter une description détaillée de l’épreuve que vous devrez subir lors de l’importation de biens culturels. C’est la principale préoccupation de la plupart des libraires qui m’en ont parlé. Et avec raison. D’après ce que j’ai lu jusqu’à présent, et bien que les détails ne soient pas encore complètement disponibles, il semble probable que, pour certains d’entre eux tout au moins, des tranquillisants seront nécessaires.

Après avoir à présent lu plusieurs fois la documentation disponible, voici ce que j’en comprends :

Pour les importations nécessitant une licence d’importation (incunables et “manuscrits rares” de plus de 250 ans), le “détenteur de biens” doit demander une licence d’importation auprès d’une “autorité compétente”. Le “détenteur de biens” est défini comme “la personne qui est le propriétaire des marchandises” ou qui a un “droit de disposition” similaire sur eux ou qui en a le “contrôle physique”. L’autorité compétente, bien que non définie, sera généralement un bureau de douane doté d’une compétence spécifique, avec un personnel formé à l’évaluation des biens culturels. Ni ces douanes ni ce personnel n’existent encore.

Dans des cas simples, cette demande de licence sera soumise au bureau de douane compétent accompagnée de documents prouvant que les marchandises ont été exportées légalement. L’autorité compétente disposera alors de 30 jours pour examiner la demande et requérir toute information ou documentation supplémentaire dont elle estimera avoir besoin. Une fois la demande considérée comme complète, l’autorité compétente disposera de 90 jours supplémentaires pour l’accepter ou la rejeter. Lorsque la demande sera acceptée, une licence d’importation sera émise. Les marchandises ne pourront être importées avant la présentation de la licence d’exportation. Étant donné que des dispositions sont prises pour la saisie des marchandises qui entrent dans l’UE sans licence requise, je suppose que les marchandises ne devront pas quitter le pays d’exportation avant que la licence d’exportation ne soit délivrée.

La demande devra être faite par le «détenteur de biens», ce qui signifie soit la propriété soit la possession physique. Donc, si vous êtes un résident de l’UE et que vous voulez acheter un manuscrit ancien ou un incunable auprès d’un vendeur américain, vous devrez d’abord payer votre livre, le laisser aux États-Unis, demander une licence et attendre que la licence soit émise. Alors seulement l’article vous sera expédié. Il devra être envoyé au bureau de douane compétent où il sera examiné pour s’assurer que la marchandise reçue correspond à l’article décrit dans la licence. C’est seulement à ce moment là que vous serez autorisé à recevoir votre achat.

Je devrais noter que l’article 7 fait référence à la restriction du nombre de bureaux de douane qui seront compétents pour autoriser l’entrée dans l’UE des biens culturels. Cela sous-entend que vous ferez face à des difficultés inévitables si vous vivez dans un endroit qui est loin du bureau de douane compétent. Si vous êtes comme moi, vous serez peu enclin à vouloir qu’un précieux incunable ou un manuscrit envoyé à un bureau de douane éloigné pour y être examiné vous soit renvoyé par la poste. Il n’est fait aucune mention des frais et des risques afférents à une telle expédition.

La situation est un peu plus simple pour les livres (ou imprimés) qui ne sont pas des incunables. Il s’agit d’une catégorie distincte qui nécessite une déclaration de l’importateur au lieu d’une licence d’importation. Mais les problèmes sont similaires. La déclaration devra également être présentée à un bureau de douane «compétent» qui examinera physiquement le livre pour déterminer s’il correspond à la déclaration que vous avez fournie. Il pourra également décider de conduire une «expertise», ce qui impliquera vraisemblablement un retard supplémentaire. Encore une fois, on ne sait pas très bien ce que les règlements prévoient dans le cas où vous vivez à une certaine distance du bureau de douane compétent. Est-ce que le livre sera envoyé directement aux douanes et y sera conservé jusqu’à ce que votre déclaration soit reçue et votre livre examiné ? Après cela, aurez-vous besoin de vous rendre personnellement au bureau de douane pour récupérer votre propriété, ou vous sera-t-elle envoyée par la poste ?

Aucun de ces problèmes n’est abordé de manière significative dans aucun des documents que j’ai lus, ce qui m’amène à penser que les personnes à l’origine de toute cette proposition de règlement n’ont pas encore trouvé de solution pratique. Je sais que les solutions actuellement proposées ne sont pas acceptables pour moi.

Ou est-il possible que le règlement suppose simplement que ces mesures soient toutes prises en main par des courtiers en douane, et ils auraient juste oublié de le mentionner ? Si tel est le cas, la situation est pire que nous l’imaginons.